vendredi 9 mai 2014

CONSTERNANT !


On repart à zéro. Comment gaspiller l'argent public en prétendant vouloir faire des économies. Tout le travail de montage du projet "Pôle d'Activités Mer" aura été une dépense inutile car il faut tout recommencer. Le nouveau projet, s'il voit le jour, sera sûrement moins bien subventionné, ne serait-ce que parce que les fonds européens ne seront pas reconduits. Par ailleurs, aucune subvention ne peut être espérée pour les équipements dédiés à la plaisance. Seules la pêche côtière et la conchyliculture sont susceptibles d'attirer les subventions ; encore faut-il respecter des normes qui s'accommoderont mal d'une cohabitation de toutes les activités dans le même bâtiment.

La nouvelle municipalité fait preuve d'une totale méconnaissance des contraintes qui entourent aujourd'hui le montage d'un projet. Pour pouvoir bénéficier d'un niveau de subventions intéressant, il faut trouver un compromis entre les objectifs de la collectivité et les exigences des bailleurs de fonds. C'est un processus long et complexe qui avait abouti de façon très satisfaisante avec le projet qui vient d'être abandonné.

Si, par exemple, le coût total du nouveau projet est égal à la moitié du coût du projet initial, soit environ 1,2 millions d'euros, mais qu'il n'est subventionné qu'à 50% - une hypothèse qui se révèlera peut-être optimiste - au lieu de 80% pour le projet initial, le coût résiduel pour le budget du port sera d'environ 600 000 euros contre 480 000 pour le projet initial. Sans compter le coût de la résiliation des contrats qui n'auront pas eu de suite. Donc non seulement le résultat sera sévèrement amputé mais le projet aura coûté sensiblement plus cher.

Au delà de cet aspect financier, l'abandon d'un projet dans lequel la commune était engagée vis à vis de tiers, prestataires de services ou bailleurs de fonds, témoigne d'un mépris pour le principe de la continuité républicaine et pour le travail accompli par les différentes parties prenantes, y compris le personnel de la commune.