jeudi 9 octobre 2014

RESTONS SOLIDAIRES

La manifestation des bellilois soutenus par les groisillons qui s'est déroulée aujourd'hui à Vannes, en réplique à celle de lundi où les habitants de Belle-Ile avaient soutenu ceux de Groix, témoigne de la forte mobilisation des populations insulaires malgré la réticence et le manque de pugnacité de la plupart des élus majoritaires. Le consortium formé entre Véolia et le président du conseil général a tenté de créer la division entre les victimes de son action, tout d'abord en convoquant les différentes îles séparément puis, confrontée à l'union entre les populations des deux grandes îles, en s'efforçant de désolidariser les commerçants et artisans du reste de la population.

On a appris en effet, à l'issue de la manifestation d'aujourd'hui, que les commerçants et artisans seraient invités prochainement à venir négocier les tarifs relatifs aux transports de marchandises. Cette manœuvre, présentée comme une avancée par le maire de Palais, est en réalité inacceptable et on peut espérer que ceux qui en sont la cible ne tomberont pas dans le panneau que n'ont malheureusement pas évité les maires de Houat et Hoedic convoqués hier.

Le refus des diktats imposés par Véolia avec le soutien de Monsieur Goulard n'est pas négociable. La compagnie Océane n'a pas rempli, et de loin, son contrat. Les constatations faites par la chambre régionale des comptes condamnent sans appel une gestion sans doute volontairement calamiteuse permettant de soutirer un maximum d'argent public au bénéfice de la maison-mère via les « frais de siège ». Il est donc inadmissible que l'autorité publique en charge du transport maritime contracte à nouveau avec cette compagnie, même si elle est la seule a avoir déposé une offre en réponse au mystérieux cahier des charges qu'elle a sans doute elle-même inspiré. L'appel d'offres est en réalité infructueux et nous appelons solennellement les conseillers généraux à voter contre l'attribution de la nouvelle DSP à l'actuel délégataire.


La seule issue acceptable est une reconduction temporaire du contrat actuel permettant d'étudier et de proposer sereinement une alternative à la délégation du service à une société privée. L'expérience montre que la logique commerciale d'un prestataire privé, surtout lorsqu'il n'est pas indépendant, est incompatible avec la nature même d'un service qui constitue un lien vital et incontournable avec le reste du pays pour les populations concernées.