mercredi 29 octobre 2014

Tarn, Morbihan deux présidents entêtés

Faudra-t-il un mort dans nos îles pour que M. Goulard, comme son homologue du Tarn, accepte enfin de reporter une décision largement contestée et de reprendre la concertation ? Qu'est ce que cette démocratie où il faut des morts pour arrêter la dérive autocratique de certains élus ?

François Péchon