lundi 17 novembre 2014

Ultime lettre aux conseillers généraux

Cette lettre à été adressée ce matin par messagerie à tous les conseillers généraux dont nous avons l'adresse :

 Groix, le 17 novembre 2014

Mesdames et Messieurs les Conseillers Généraux,

Votre président ne vous dit pas tout à propos des conditions dans lesquelles il a négocié le renouvellement de la délégation de service public avec la compagnie Océane. Il a avoué récemment, lors d'une interview publiée par Ouest France le 8 novembre dernier, que la maison mère, Transdev, n'était pas très « chaude » pour reconduire le service. Sa candidature a donc été obtenue à l'issue de tractations. Et cela n'a rien d'étonnant, car l'actuel délégataire a constamment perdu de l'argent au cours des six dernières années et n'est certainement pas dupe des projections de compte d'exploitation qu'il a présentées à l'appui de son dossier. Les chiffres présentés ne sont pas crédibles et il le sait. Il s'apprête donc à nouveau à perdre de l'argent sur cette activité malgré l'augmentation de la contribution du département.

S'il accepte une telle perspective, ne pensez-vous pas qu'elle s'accompagne de compensations sur d'autres activités? Transdev et Véolia contrôlent toutes sortes de services dans le département : transports collectifs terrestres, traitement des ordures ménagères, distribution de l'eau. Il n'est donc pas difficile de trouver une façon discrète d'intéresser le groupe à la reconduction d'une activité de service public qui demeurera incapable de dégager par elle-même un profit commercial. Il suffit pour cela de consolider les pertes avec les profits attendus ailleurs en compensation.

Il reste que le procédé manque pour le moins de transparence et que ni la démocratie ni les principes sur lesquels reposent les règles de mise en concurrence n'y trouvent leur compte. Il reste également que les habitants des îles sont pris en otage et servent de monnaie d'échange pour des tractations qui ne les concernent pas.

Les raisons qui devraient vous inciter à refuser le projet de DSP soumis à votre vote mardi prochain ne manquent pas. Elles vous ont été exposées à plusieurs reprises par les différents porte-parole des populations mises en danger par ce projet. Mais l'aveu du président relatif aux difficultés qu'il a rencontrées pour convaincre l'exploitant de renouveler son contrat devrait, quant à lui, susciter votre méfiance quant aux engagements que le département a pu prendre à votre insu pour surmonter ces difficultés.

Confiants dans votre dévouement à la défense des intérêts de vos électeurs, nous vous prions d'agréer, Mesdames et Messieurs les Conseillers Généraux, l'expression de notre haute considération.

Le Collectif Insulaire