samedi 11 avril 2015

Après le vote du budget

Le conseil municipal d'hier a été marqué par la présentation d'un budget primitif sans ambition.

Le seul projet vraiment nouveau est la création d'un « city park » c'est à dire d'un lieu ouvert pour la pratique en centre ville de sports variés en libre service. Les crédits ouverts, de quelques dizaines de milliers d'euros, n'en font sans doute pas un projet d'envergure mais on espère quand même que sa conception tirera parti de l'expérience d'autres communes. L'opposition s'est abstenue lors du vote de la section d'investissement du budget à cause de ce projet, non qu'il soit inutile mais parce qu'il est certainement insuffisant pour apporter une solution au désoeuvrement de la jeunesse et à ses graves conséquences. Les emportements du maire ne parviendront pas à démontrer que le sport est la réponse unique et suffisante à des comportements qu'il déplore à juste titre.

On applaudira néanmoins à la réouverture d'un crédit destiné à l'acquisition du terrain nécessaire à la création d'une zone de traitement des déchets de chantiers, qui doit ensuite être prise en charge par Lorient Agglomération.

Mais ce qui manque le plus à ce budget est l'amorce d'un véritable programme de réfection du réseau routier. Avec un crédit de 300 000 euros ce n'est certainement pas encore cette deuxième année de mandat qui verra un début de réalisation d'un projet pourtant jugé urgent par tous au cours de la campagne des municipales.

On notera cependant que la préoccupation reste présente puisqu'en fin de conseil, le maire a annoncé son intention de mobiliser un emprunt de plusieurs millions pour ce chantier, en tirant parti du niveau actuellement très bas des taux d'intérêt. Le premier adjoint a précisé ensuite qu'en préalable à l'engagement des travaux, une étude sérieuse des dispositifs d'écoulement des eaux de pluie était indispensable. C'est la reprise intégrale du projet que la liste de Claude Guiader avait présenté comme sa priorité au cours de la campagne. On ne peut là encore que s'en féliciter, mais on aurait aimé que cette noble intention trouve dès cette année une traduction dans le budget, d'autant que le niveau actuel des taux d'intérêt n'est pas forcément éternel. On notera au passage que l'aversion de la majorité pour la dette est mise de côté puisque le maire envisage avec sérénité d'aller au delà d'un doublement d'une dette qu'il estimait naguère insupportable.

Sur une question de la salle, la maire a écarté comme trop couteuse la mise en œuvre d'un programme d'enfouissement des réseaux d'électricité et de téléphone simultanément à la réfection des voies, quitte à devoir le moment venu refaire des tranchées sur les voies neuves. S'il est vrai qu'ERDF et ORANGE ne sont sans doute pas très enclins à accepter d'enfouir leurs réseaux à la demande, il y aurait lieu néanmoins d'étudier la possibilité de placer des fourreaux en attente sous les voies rénovées. Mais on n'en est pas encore là. Soyons patients...