dimanche 4 décembre 2016

L’AGRICULTURE SUR GROIX

En conseil municipal du 25 novembre 2016, la municipalité, interrogée sur la politique agricole de Groix répond qu’il n’y a pas de politique agricole de prévue à ce jour. Les élus de l’opposition insistent sur l’importance et l’enjeu de mener une politique agricole POURQUOI ?
Sans politique agricole, les terres deviennent des friches impénétrables, le sol s’appauvrit, la gestion des eaux pluviales se dégrade. Sans politique de foncier agricole, le maintien et l’implantation de nouveaux agriculteurs, céréaliers, éleveurs maraîchers, etc…, deviennent difficiles La prolifération de nuisibles et les risques d’incendie augmentent. Il n’y a pas d’économie en circuits courts, ni de développement pérenne. Que veut-on laisser à nos enfants ? Une terre en friche qui a perdu de sa valeur ou une terre nourricière ?
QUE FAIRE FACE A CETTE SITUATION ?


EXEMPLES sur les autres îles, ces deux dernières années  :
A Belle Ile, Yeu, Ars et récemment Ouessant, les élus des communes concernées, en lien avec les structures existantes (CPIE de Belle Île en Mer, collectif agricole de Yeu, l’association Yeu demain, des contacts avec l’association Terres de liens, les chambres d’agricultures des secteurs, la Safer, les communautés d’agglomérations…) ont pu  mener des actions comme :
  • Sensibilisation des propriétaires fonciers,
  • Création d’un GFA (groupement foncier agricole)
  • Création de zone protégée,
  • Gestion de zones en friche,
  • Concertation locale avec intervenants (élus, agriculteurs, propriétaires, associations locales…),
  • Ferme communale (ARS)
  • Appel à candidature – projet agricole à Ouessant

RÉSUMONS AUJOURD’HUI L’IMPORTANCE DU FONCIER AGRICOLE

RÔLE DES PROPRIÉTAIRES FONCIERS
. Responsabilité d’entretien
. Respect des lois en zonage agricole
ATOUTS DES TERRAINS EXPLOITES
. Entretien assuré par l’exploitant
. Risque d’incendie diminué,
. fixation des sols maîtrise de la lande,
. Gestion des nuisibles
ACTIONS POSSIBLES
. Location par bail avec l’agriculteur,
. Vente,
. Possibilité de récupérer l’usage du terrain si  un membre de la famille veut faire une activité agricole déclarée à la chambre d’agriculture
DIFFICULTÉ DU FONCIER
. Nombre de consorts, et méconnaissance juridique,
. Peur d’être dépossédé des terres,

ET DEMAIN
 ?


Aujourd'hui,  à  Groix, les exploitants se répartissent :
en agriculture conventionnelle : 2 dont un céréalier pour 100 ha en maraîchage
et/ou élevage bio : 3 pour 170 ha
et  80 ha pour les pâtures des chevaux (non exploitants agricoles).



Rappelons aussi qu’actuellement, les maires des îles du Ponant ont voté pour la mise en place d’une marque pour les îles afin de valoriser les produits issus de chaque île.
Extrait de la communication sur le site des Iles du Ponant :
« Pour valoriser les productions des insulaires du Ponant, nous créons une marque qui garantira le caractère véritablement insulaire d'un produit alimentaire, d'un objet artisanal ou d'un service et fera la promotion des entreprises insulaires. »

Et à Lorient Agglomération, un bilan de la charte de l’agriculture a été réalisé fin 2015 pour évaluer la politique agricole pour le maintien d’une activité économique dynamique et diversifiée, pour favoriser les actions de protection de l’environnement et des paysages, et développer la communication entre agriculteurs, élus et les habitants de Lorient Agglomération (dossier : diagnostic Terres en Ville).

CONCLUSION

Lors du conseil municipal du 25 novembre, le maire s’est engagé à réunir les différents acteurs agricoles  avec la Chambre d’agriculture dans un premier temps espérons que cela se fera rapidement car comme nous le rappelons régulièrement, il y a urgence pour remettre en place une politique agricole dans l’élaboration du PADD (programme d’aménagement et de développement durable) _une des premières étapes à respecter pour la révision du PLU_ et défendre le maintien, le développement et la diversité de l’économie agricole.

Principales sources (non exhaustif) : 
Iles du Ponant  www.iles-du-ponant.com
 Projet « Fert’îles »à l’île d’yeu : Réunions de sensibilisation du foncier auprès des iliens 
→ Organisation de rencontres inter-île à  Belle Ile par le CPIE (centre permanent d’initiatives pour l’environnement), sur le thème des enjeux de l’agriculture. 
La dernière rencontre a eu lieu le 18 novembre dernier sur le thème : 
AGIR SUR LE FONCIER POUR L’AVENIR AGRICOLE DE BELLE ILE : 
PROTEGER, GENERER ET MAITRISER 
https://belle-ile-nature.org - voir document : "boîte à outil pour agir sur le foncier agricole et la friche" et compte rendu réunion du 18 novembre.

dimanche 23 octobre 2016

FOCUS SUR LE SCOT

LE SCOT : Schéma de COhérence Territoiriale concerne maintenant 30 communes et 66 élus de Lorient Agglomération et de la Communauté de communes Blavet Bellevue Océan. 
Trois commissions animées par Mr Le Montagner, directeur d’études pôle études urbaines à Audélor*, ont réuni des  élus des 30 communes :
Thierry Bihan et Marie-Françoise Roger sont mandatés pour représenter Groix à ces réunions dans les commissions :
1- Commission : mer – rade – vallée,
2- Commission : habitat, vie sociale et cadre de vie,
3- Commission développement économique et espaces d’activités. 

Les 5 premières réunions de 2015 ont tout d’abord fait l’objet d’un partage de diagnostic et des enjeux pour l’ensemble du territoire. D'autres réunions et ateliers ont eu lieu en 2016. Tous les comptes rendus des réunions sont disponibles sur le site : http://www.scot-lorient.fr

A l’initiative de la commission du SCOT présidée par Mr Jean Michel Bonhomme, maire de Riantec, les élus ont été sollicités pour des visites dans les 30 communes du pays de Lorient sous forme d’ateliers afin d’aborder sur le terrain les thématiques d’aménagement.
L’atelier du SCOT organisait son atelier à Groix le 21 septembre. De nombreux élus, partenaires et techniciens se sont retrouvés sur le terrain. Tous les conseillers municipaux de Groix étaient conviés et c’est à 11 élus dont nous quatre que nous avons pu participer et échanger lors des visites ciblant :
  • L’urbanisme en centre bourg, (potentiel de développement de l’espace place Orvoën, les logements sociaux et le futur EHPAD, les commerces…),
  • La zone d’activité du Gripp et la visite des ETS Guyader,
  • L’agriculture sur l’exploitation de Guénolé Rousseau à Kerampoulo,
  • La visite de la réserve Naturelle aux Chats (Natura 2000, loi littorale…),
  • Le tourisme  et le centre de vacances VVF.
La Loi Littorale, la bande des 100 m. sont souvent revenues dans les discussions avec les interrogations suivantes :
  • Comment un agriculteur peut construire un hangar s’il n’est pas dans le bon zonage agricole ?
  • Comment les commerçants peuvent se mettre aux normes de l’accessibilité sans possibilité d’espace par rapport aux voiries existantes ?
  • Comment développer l’habitat dans les dents creuses si ce n’est pas un village ?
  • Comment mettre des toilettes publiques en zone Natura 2000 ?...
Ce n’est qu’un aperçu de toutes les interrogations que les élus de Groix doivent anticiper avant de valider le PADD* car, dans le calendrier à venir, il faut retenir les étapes suivantes :
  • En juin dernier, le conseil syndical du SCOT a débattu du projet d’aménagement et de développement durable (PADD) du pays de Lorient,
  • D'ici la fin de l’année 2016  le conseil syndical du SCOT débattra du document d’orientations et des objectifs (DOO),
  • Le SCOT sera soumis à une enquête publique dans les 30 communes du territoire,
  • Le SCOT devrait être approuvé en 2017
Source : Lorient agglomération express : n° 64 MAI 2016

A Groix, c’est Victor Da Silva, membre de la commission d’appel d’offre et de la commission d’urbanisme (il n’y a pas d’adjoint à l’urbanisme à Groix) qui est associé aux réunions de travail sur la révision du Plu.
Les réunions techniques sur le PADD sont animées par Mme Blandin du service urbanisme de Lorient Agglomération. En ce dernier trimestre 2016, les réunions devraient reprendre.

*Lexique :
AUDELOR : agence d’urbanisme et de développement économique du pays de Lorient
SCOT : schéma de cohérence Territorial
PADD : programme d’aménagement et de développement durable : la vision de la politique communale à long terme
DOO : document d’orientations et des objectifs

Sources numériques :

jeudi 7 avril 2016

Rappel !!
Samedi 09 avril  à 16 h 00


 
Salle du réfectoire à Port-Lay
Assemblée Générale de L'Avenir de Groix
l'ordre du jour figure sur le convocation envoyée par courriel ou courrier

Conseil municipal le 8 avril 2016 à 17h

Le prochain conseil municipal se tiendra vendredi 8 avril à 17h à la salle des fêtes.

A l'ordre du jour:
  • Compte de gestion 2015, Budget principal et budgets annexes
    • Compte administratif 2015 Budget principal et budgets annexes
    • Affectation du  résultat 2015
    • Tarifs 2016 ( compléments)
    • Vote des taux de la fiscalité directe locale communale
    • Budget primitif 2016: Budget principal et budgets annexes
    • Modification du tableau des emplois
    • Subventions aux  associations
    • Budgets annexes  2016 des logements communaux gérés par Bretagne Sud Habitat
    • Autorisation du  maire à recruter des agents non titulaires compte tenu de l'accroissement temporaire et/ou saisonnier d'activité – délibération annuelle
    • Plan de financement Chantier d'insertion
    • Acquisition de terrains – Parking de Port Tudy
    • Questions diverses

mardi 29 mars 2016

Conseil Municipal : vendredi 31 mars à 17 salle des fêtes

 Ordre du jour:

    schéma de mutualisation de Lorient agglomération,
    demandes de subventions (bâtiments communaux, parking de Port-Tudy),
    vente de terrain à Kimitété,
    tarifs portuaires 2016,
    avenant à la convention pour la révision du PLU,
    motion sur les conséquences de l'application inadaptée de la loi littoral et de la loi ALUR,
    candidature au transfert de Port-Tudy au profit de la commune dans le cadre de la loi NOTRE,
    subvention à un lycéen pour un voyage d'études,
    aide à l'installation économique (pêche),
    accueil d'une manche du Championnat de Bretagne individuel de chasse sous-marine,
    dénomination de rue,
    motion sur le compteur Linky,
    règlement intérieur du camping,
    questions diverses.

A 16h30: présentation publique du bilan 2015 de l'activité de gestion de la réserve naturelle

Le conseil municipal consacré au budget 2016 aura lieu le  vendredi 8 avril à 17h.

mardi 22 mars 2016


vendredi 18 mars 2016

Samedi 09 avril  à 16 h 00

 
Salle du réfectoire à Port-Lay
Assemblée Générale de L'Avenir de Groix
l'ordre du jour figure sur le convocation envoyée par courriel ou courrier

jeudi 11 février 2016

La Chambre Régionale des comptes s'intéresse de nouveau à la desserte des îles

Le Rapport de la Cour des Comptes publié hier comporte un volet, préparé par la Chambre Régionale des Comptes de Bretagne, relatif à la desserte des îles du Ponant. On trouvera des commentaires dans la presse mais rien ne vaut la lecture directe du document lui même. Suivre le lien ci-joint :

https://drive.google.com/open?id=0BxacqMOtLa5HY1o5YjVEOGFDQ1U

mardi 26 janvier 2016

Comptes-rendus provisoires du colloque des 8 et 9 janvier 2016

Sur la page "GROIX EN TRANSITION" vous trouverez des liens vers un certain nombre de documents préfigurant les actes du colloque. Bonne lecture

vendredi 22 janvier 2016

À propos du cours

Comment consommer de manière plus responsable ? Quels sont les impacts de nos modes de consommation, vecteurs de transition et de respect de la planète ? Voici là toutes les problèmatiques de ce MOOC ! Ses témoignages de plus de quarante experts issus de champs disciplinaires différents (histoire, droit, ingénierie, gestion…) vous permettront d'apprehender globalement ces questions. Ils orienteront de fait, ce MOOC vers une approche plurisdisciplinaire du sujet.

De plus, les intervenants issus de différents pays améneront des éclairages différents sur ces questions et conféreront ainsi à ce MOOC, labellisé "COP 21", une dimension internationale.

En conclusion, l'objectif de ce MOOC sera de vous aider à comprendre le lien entre nos modes de consommation au quotidien et leurs impacts environnementaux et sociaux, afin de montrer la nécessité de repenser nos modèles d’affaires pour un développement durable pour tous.

Public

Ce cours s'adresse à toutes les personnes s’intéressant à la mise en œuvre d’actions en matière de développement durable : professionnels, enseignants, étudiants et tout citoyen.

Format

La formation est construite sur une progression en sept semaines avec la semaine 0 et montre que nos modes de consommation sont essentiels à notre mode de développement plus durable.
Chaque thème de semaine est traité par des témoignages courts permettant d’avoir un panorama des enjeux. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, des ressources supplémentaires seront disponibles. Des vidéos scenarisées permettront d’introduire ces thèmes de manière simple et ludique.

Pré-requis

Aucun pré-requis n'est demandé aux apprenants pour ce MOOC.

A partir du 29 mars 2016 débute un MOOC : Consommer responsable réalisé par l'Université Paris-Ouest : 

Comme tous les MOOC, ces cours en ligne sont gratuits avec un accès limité dans le temps.
Pour celui-là :
Inscription possible jusqu'au 2 mai, 
Début des cours : 29 mars 2016
Merci à Jocelyne Gervais


mardi 19 janvier 2016

Les changements climatiques et l’océan : passé présent et futur


Par Laurent Labeyrie
Professeur Honoraire de l’Institut Universitaire de France
Co-Président de l’association Clim’Actions Bretagne sud  


Le moteur du climat terrestre est l’énergie solaire. Les 1400 w/m2 reçus au zénith correspondent, répartis sur la surface terrestre, à une température de rayonnement vers l’espace voisine de -18°C. L’atmosphère, qui agit comme un pull-over par son effet de serre, a assuré au cours de l’histoire de la Terre, une température moyenne à la surface de +10 à +25°C, suivant la distribution des continents, la présence de glace autour des pôles, et les changements de la teneur de l’atmosphère en gaz carbonique (CO2). Le CO2 est introduit par les activités volcaniques et humaines, et piégé par l’activité photosynthétique et la dégradation des roches.

On est arrivé depuis plus de 30 millions d’année dans une longue période glaciaire, plus ou moins forte suivant la lente dérive des continents et les oscillations de l'orbite terrestre autour du soleil. Depuis un siècle, la combustion rapide du carbone fossile et l’augmentation associée de l’effet de serre a amené la température moyenne du globe de +14 à +15°C approximativement. Bien sur, derrière cette moyenne se cachent des variations tant spatiales que temporelle de grande amplitude, et ce sont les extrêmes, tant en température qu’en force des vents, précipitations ou sécheresses, qui nous affectent le plus.

Ces variations sont liées à la complexité des interactions entre l’énergie solaire qui arrive (en partie concentrée sur les basses latitudes et l’hémisphère d’« été »), la transformation en chaleur, qui s’effectue surtout à la surface du sol et des océans, puis la réémission par rayonnement et le transport turbulent de cette chaleur vers l’atmosphère et les profondeurs océaniques, pour être progressivement libérée dans la haute atmosphère. Les déplacements atmosphériques et océaniques participent à la redistribution de l’énergie. Ils sont directement influencés par les effets de la rotation terrestre et des forces associées. A ces phénomènes se rajoute le cycle de l’eau, qui lui aussi déplace beaucoup d’énergie lors de l’évaporation et la condensation, l’effet réflecteur des nuages, de la neige, de la glace et des déserts, et au contraire la grande absorption des forêts et de la surface de l’océan.

A plus long terme, c’est le CO2 qui joue un rôle important dans la variabilité climatique, absorbé par les eaux froides sous saturées, rejeté par les eaux chaudes sursaturées, stocké dans la matière organique par la photosynthèse (dans les sols continentaux et en profondeur des océans à la mort du plancton), et réémis sous forme de CO2 par la dégradation bactérienne.

L’augmentation en cours de la température terrestre et du CO2 dans l’atmosphère commencent à avoir de nombreuses conséquences : montée du niveau de la mer (en moyenne environ 3 mm/an à présent) par dilatation liée au réchauffement progressif des océans, et par la fonte des glaciers, augmentation apparente de la fréquence et de la force des extrêmes climatiques (ouragans, inondations, sécheresses ..) et conséquences sur l’érosion des côtes et les risques de submersion, augmentation de l’acidité des océans...

Les travaux des climatologues, synthétisés dans les rapports du GIEC, montrent que ces tendances vont s’accentuer fortement dans les prochaines dizaines d’années et vont conduire à des déséquilibres très graves pour l’humanité et la biosphère si un effort particulier n’est pas engagé rapidement pour réduire nos émissions : il faudrait diminuer au minimum par 4 nos émissions annuelles d’ici 2050 pour limiter le réchauffement futur à un degré de plus, valeur maximale pour éviter l’addition des catastrophes, en particulier pour les nations les plus pauvres. Nous n’avons une chance d’atteindre cet objectif qu’en engageant en urgence (avant 5 à 10 ans), les changements sociaux, économiques et énergétiques nécessaire dans nos sociétés, tant pour le chauffage que l’urbanisme, les matériaux de construction, les transports, l’agriculture...

Il faudra d’autre part s’adapter aux changements qui de toute façon, plus ou moins violents, ne manqueront pas d’arriver, car la dérive climatique liée aux émissions déjà existantes est en route, et ne s’arrêtera pas de sitôt.

C’est aux nations développées, aptes à développer les outils et à investir suffisamment, de mener ces actions. Le retour ne peut qu’être positif à long terme, en particulier pour la qualité de la vie. Nous devons tous prendre notre part dans la préparation de ces changements. Les exemples d’actions déjà engagées s’accumulent, tant à l‘étranger qu’en France et en Bretagne. Il est temps d’accentuer la mobilisation sur notre territoire.

Aussi, proposons nous à tous les acteurs civils, associatifs et politiques de nos territoires de s’associer à Clim’actions Bretagne sud afin d’engager dès maintenant des actions pour atténuer les effets des changements climatiques et de faciliter l’adaptation à leurs effets.


Au cours de sa conférence, le 8 janvier dernier, Laurent Labeyrie a aussi expliqué que les changements climatiques affecteront le climat de la Bretagne de façon en partie positive : en quelques décennies le climat breton pourrait ressembler au climat actuel de l’Andalousie. Il en résultera une forte attractivité du territoire breton tandis que la dégradation du climat (tempêtes et même ouragans) sur des territoires plus au sud, aujourd’hui très prisés, aura tendance à en chasser, sinon les habitants permanents, du moins les touristes. En outre cette évolution aura des conséquences importantes sur le faune, la flore et l’agriculture. La culture de la vigne par exemple se déplacera vers le nord et pourrait notamment se développer en Bretagne. 

https://drive.google.com/file/d/0BxacqMOtLa5HcjkwWEh3cFdjVVk/view?usp=sharing 

mardi 12 janvier 2016

LE COLLOQUE : CE N'EST QU'UN DÉBUT


 Le colloque organisé par notre association les 8 et 9 janvier derniers a été un réel succès : la qualité des interventions, le nombre des participants ne nous ont pas déçus. C'est la preuve que le sujet intéresse. C'est aussi la preuve que le caractère technique de la plupart des thèmes abordés n'a pas rebuté un public dont l'ouverture d'esprit est plus large que ce que certains prétendent parfois. La présence de jeunes, plus nombreux que d'habitude à ce genre de réunion, est très encourageante. Que tous en soient remerciés et notamment nos intervenants : leur professionnalisme a permis de mettre à la portée de tous des connaissances parfois ardues.



La collecte des matériaux nécessaires à une publication des actes du colloque est en cours. C'est un gros travail qui demandera un peu de temps, mais cette publication sera réalisée dès que possible.


Le colloque n'est toutefois qu'un tout premier jalon d'un processus de réflexion et d'action qui doit se poursuivre et s'amplifier. Le travail entrepris resterait totalement inutile si nous ne parvenions pas à lui donner des suites très rapidement. Nous faisons appel pour cela aux adhérents, mais plus largement à toutes les bonnes volontés.



L'élaboration d'un ou plusieurs scénarios du devenir de l'île à moyen/long terme a été esquissée au cours de l'atelier du samedi après-midi, mais le programme de cet atelier a été un peu écourté faute de temps. Il faut poursuivre ce programme laissé en suspens. Et ceci ne peut être fait que de façon collective.



Au cours d'un des ateliers, quelqu'un a suggéré l'organisation chaque mois d'une « pause bistrot » sur le modèle des « pauses café » mais visant plus directement un public jeune. C'est sans doute un moyen parmi d'autres de poursuivre la réflexion et de faire émerger les propositions de ceux qui sont les plus concernés par les effets de la transition.



Le formulaire de contact du blog de l'avenir de Groix peut recueillir les propositions mais l'expérience des inscriptions aux ateliers a montré que la retransmission des messages prend parfois du retard. Les adresses mail des membres du bureau sont largement connues et permettent sans doute des contacts plus directs. En outre, même par mauvais temps, les rencontres dans les rues du bourg ou ailleurs sont quotidiennes. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions d'actions et surtout des tâches que vous êtes prêts à prendre en charge pour les faire progresser.