mardi 12 janvier 2016

LE COLLOQUE : CE N'EST QU'UN DÉBUT


 Le colloque organisé par notre association les 8 et 9 janvier derniers a été un réel succès : la qualité des interventions, le nombre des participants ne nous ont pas déçus. C'est la preuve que le sujet intéresse. C'est aussi la preuve que le caractère technique de la plupart des thèmes abordés n'a pas rebuté un public dont l'ouverture d'esprit est plus large que ce que certains prétendent parfois. La présence de jeunes, plus nombreux que d'habitude à ce genre de réunion, est très encourageante. Que tous en soient remerciés et notamment nos intervenants : leur professionnalisme a permis de mettre à la portée de tous des connaissances parfois ardues.



La collecte des matériaux nécessaires à une publication des actes du colloque est en cours. C'est un gros travail qui demandera un peu de temps, mais cette publication sera réalisée dès que possible.


Le colloque n'est toutefois qu'un tout premier jalon d'un processus de réflexion et d'action qui doit se poursuivre et s'amplifier. Le travail entrepris resterait totalement inutile si nous ne parvenions pas à lui donner des suites très rapidement. Nous faisons appel pour cela aux adhérents, mais plus largement à toutes les bonnes volontés.



L'élaboration d'un ou plusieurs scénarios du devenir de l'île à moyen/long terme a été esquissée au cours de l'atelier du samedi après-midi, mais le programme de cet atelier a été un peu écourté faute de temps. Il faut poursuivre ce programme laissé en suspens. Et ceci ne peut être fait que de façon collective.



Au cours d'un des ateliers, quelqu'un a suggéré l'organisation chaque mois d'une « pause bistrot » sur le modèle des « pauses café » mais visant plus directement un public jeune. C'est sans doute un moyen parmi d'autres de poursuivre la réflexion et de faire émerger les propositions de ceux qui sont les plus concernés par les effets de la transition.



Le formulaire de contact du blog de l'avenir de Groix peut recueillir les propositions mais l'expérience des inscriptions aux ateliers a montré que la retransmission des messages prend parfois du retard. Les adresses mail des membres du bureau sont largement connues et permettent sans doute des contacts plus directs. En outre, même par mauvais temps, les rencontres dans les rues du bourg ou ailleurs sont quotidiennes. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions d'actions et surtout des tâches que vous êtes prêts à prendre en charge pour les faire progresser.